Billet 4

Donner un espace de fou et le style directif !!!

Vous pouvez lire le billet 4 en ligne et aussi le télécharger au format pdf ou au format audio mp3


Plusieurs d’entre vous, ont été troublées par un détail du livre « Liberté & Cie », car les auteurs[1] soulignent que les entreprises libérées ont toute une ambition internationale. C’est comme un leitmotiv. Quel enseignement modélisable tirer de cette précision troublante ? C’est l’objet de ce 4ème billet.


Nous allons voir que cet impératif est l’application du style de management directif. Il n’est pas indispensable d’ambitionner l’international. C’est le style directif qui est un des facteurs clés de succès pour réussir l’entreprise libérée. C’est une pratique modélisable. Nous allons voir aussi que le style de management directif est le 1er ouvreur de liberté.

« Comment offrir une liberté de folie à ses collaborateurs ? ». Notre réponse c’est : « en exerçant les 4 styles de management dans chaque acte managérial, d’où l’appellation Management Complet® »[2]. C’est dans les années 60 qu’un tandem de consultants américains : Blake et Mouton ont identifié 4 styles de management des Hommes : le style directif, le style informatif, le style participatif et le style délégatif.


Arrêtons-nous sur le style directif… Il peut sembler être le dernier style à créer un espace de liberté aux collaborateurs. Mal utilisé il est même l’apanage du chefaillon : « je n’veux voir qu’une seule tête »… Dans le Management Complet®, c’est tout l’inverse. Les manageurs réapprennent à l’exercer à l’Ecole du Management des Hommes. Sans être jamais nommé dans le livre d’Isaac Getz et Brian Carney, le style directif est présent dans chaque expérimentation citée.


Prenons plusieurs exemples :

  • – Dans l’entreprise Seasmoke, productrice de vin, le but final, c’est de « produire du pinot noir de qualité mondiale ». C’est le style directif[3] car l’énoncé est non négociable et dépasse le périmètre d’action directe de tout acteur dans l’entreprise. Les acteurs de SeaSmoke peuvent multiplier leurs initiatives car ils connaissent cette ambition qui donne envie de contribuer à l’atteindre.
  • – Avec les autres entreprises, les auteurs de « Liberté & Cie » traitent le sujet un peu vite quand ils précisent que toutes les entreprises libérées ambitionnent un développement international… Travailler pour une entreprise qui ambitionne de devenir internationale ne sensibilise qu’une frange de collaborateurs. Le style directif doit toucher tous les collaborateurs et leur ouvrir de nouveaux horizons.
  • – Un autre exemple du livre laisse deviner un style directif remarquable. Il s’agit du Ministère des Affaires sociales belge. Donner des espaces de liberté à tous ses agents pour « raccourcir le délai de traitement des dossiers et ainsi rendre un service toujours meilleur aux assurés souvent fragilisés par les aléas de la vie », c’est enthousiasmant et cela donne de l’intelligence aux prises d’initiatives.
  • – Harley Davidson est la seule marque américaine de motos ayant survécu à la vague japonaise des années 70. Ce fut grâce à des options stratégiques basées sur ses singularités qui fidélisaient les bikers[4]. Aujourd’hui, le développement de la marque est lié à une vision (style directif) propre à ouvrir des champs infinis de liberté pour les salariés. Ecoutez « les Harley’s devront désormais faire de plus en plus envie aux femmes sans trahir les bikers ». Voilà de quoi donner des ailes à la créativité et à l’innovation des salariés de Harley Davidson !

Voici 3 précisions techniques transférées dans nos formations pour exercer le style directif du Management Complet® : 1/ l’énoncé doit être « non négociable[5] », 2/ il doit dépasser le périmètre d’action du collaborateur et 3/ il doit toucher l’émotion des salariés. C’est le cas de SeaSmoke, du Ministère des Affaires sociales belge et de Harley Davidson.


Le style directif guide les collaborateurs dans la création de leur plan d’actions. Il les amène à imaginer de nouveaux moyens et à prendre les bonnes décisions terrain sans en référer tous les 4 matins à leur chef. C’est agir librement, en apportant leur créativité et leur intelligence à la stratégie de l’entreprise.


Si le style directif est omniprésent dans les expérimentations d’entreprises libérées, c’est qu’il s’agit d’une clé, ce que nous confirmons. La démarche est donc plus modélisable que les consultants veulent bien le dire.

En formation, les manageurs se passionnent pour apprendre le style directif du Management Complet®.  Car non seulement cela rend léger et efficace les actes managériaux, mais cela clarifie tout entretien et cela change tout dans une entreprise libérée. Cette manière d’exercer le style directif donne la liberté du « comment » aux collaborateurs. Autrement dit, ce style de management crée des espaces de folie aux collaborateurs.


Dans le prochain billet, nous traiterons un sujet curieux. Les dirigeants qui ont réussi l’entreprise libérée semblent avoir des caractères hors normes. La démarche ne serait-elle accessible qu’à des génies ?

[1] Isaac Getz et Brian Carney
[2] Méthode en management individuel – exclusivité développée par MANAGIS
[3] Tel qu’il est transmis dans le Management Complet® par MANAGIS
[4] Biker, c’était le possesseur d’une Harley dans les années 70 à 90. Ce doit être un diminutif fabriqué à partir du son de bicycle. L’image du biker, c’était le motard aux gros bras tatoués, les cheveux au vent, tenus par un bandana.
[5]  Un vrai réapprentissage


Christian Becquereau août 2016


Les billets « Entreprise libérée » : dans le 1er billet, l’Ecole du Management des Hommes proposait une alternative au limogeage des manageurs en place. Dans le 2ème billet, une technique managériale MANAGIS répond au « zéro contrôle ». Le 3ème billet traitait du leadership et livrait des clés pour construire son leadership.


Je réfléchis à une démarche Entreprise Libérée, je souhaite être contacté

Nom *

Prénom *

Email *

Téléphone *


*champs obligatoire
Nous ne communiquons pas vos données à des tiers

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.

Pour connaître et exercer mes droits, et notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici


Commentaire