Entreprise Libérée – Brève introduction

Pourquoi les manageurs et dirigeants s’intéressent-ils à l’Entreprise Libérée ? Vous avez peut-être déjà entrepris la démarche. Tout chef d’entreprise ne peut qu’être intéressé par les résultats peu contestables des Entreprises libérées -> démultiplication de la créativité, de l’innovation au service du client et son impact sur le marché, et un haut niveau d’engagement des collaborateurs.

L’aspiration des peuples change. Il suffit de constater les changements, bouleversements soudains dans beaucoup de pays, partout dans le monde.

La génération Y avait donné un coup de semonce. Avec les générations suivantes le changement est plus radical encore. Imaginer qu’il va être possible de continuer à manager d’une manière classique n’est plus tenable. Les suicides, les burnout sont les ultimes signaux des générations précédentes. Les nouvelles générations ne s’en laisseront pas compter… Mais alors ?

Depuis des décennies, des chefs d’entreprises poussés par des motivations diverses (un mal vécu précédent, une situation de crise qui exigeait un changement du tout au tout ou par idéalisme, etc.), ont suivi leur intuition pour tenter des expériences managériales et organisationnelles nouvelles. Beaucoup de principes à ces expériences sont similaires. C’est ce qui a amené cette appellation « Entreprise Libérée ». Bien qu’elle soit discutable, cette appellation trouve son origine dans la 1ère expérimentation et dans l’intention de cette démarche.

Dans les années 70 Bill Gore imagine l’application d’une fibre mais il n’arrive pas à se faire entendre par les instances managériales de Dupont de Nemours où il travaille. Il quitte ce groupe pour créer sa propre entreprise. En réaction, il prendra une option globale = pas de hiérarchie. Il déclinera cette intention en 2 principes :
  • Un organigramme extra plat,
  • Aucun titre de directeur.
Le but de ces 2 principes, c’est de libérer les initiatives et la créativité. Le produit phare de sa société est le tissu Gore-tex. L’appellation « Entreprise libérée » vient, entre autres, de là.

Sautons une décade. Au milieu des années 80, deux entreprises presque simultanément, sur 2 continents différents, initient une démarche « Entreprise Libérée ». Au Brésil, Ricardo Semler et en France Jean-François Zobrist pour l’entreprise FAVI :
  • Ils virent les manageurs en place.
  • Ils font confiance aux collaborateurs (suppriment et réduisent : les contrôles, les reportings, les procédures, les règlements).
  • Ils réduisent et suppriment les services centraux.
  • Ils réorganisent leur entreprise en cellules de 50 personnes.
  • A la tête de chaque cellule, le leader est plutôt élu par les membres de l’équipe.
  • L’autonomie des cellules (mini-usines) s’appuie sur des principes – elles s’adressent à un marché – elles ont aussi l’autonomie de l’aménagement de leur environnement.
  • Plus tard, certaines expériences iront jusqu’à laisser aux salariés le soin de fixer leur salaire, avec des résultats très variés.


Prenons du recul
Le nombre d’Entreprises ayant entrepris la démarche Entreprise Libérée reste marginal, environ 0,04%. Cependant plusieurs critères lui donnent de la crédibilité :
  • C’est un mouvement qui vient des années 70
  • C’est un mouvement que l’on retrouve sur tous les continents
  • C’est un mouvement qui ne fait que s’amplifier et… il n’est presque déjà plus possible de continuer à manager sans revisiter son management.
MANAGIS, de par son métier « formation au management des Hommes » est en veille active sur toutes les expérimentations en matière de management. Les démarches « entreprise libérée » sont un pan de ce que nous observons. Notre but est de valider si ce que nous transférons à « l’Ecole du Management des Hommes » a toujours de l’avance (!)

Pour une entreprise, ce serait trop risqué d’adopter tous les principes énoncés ci-dessus sans tenir compte de la culture de l’entreprise. Certains échecs sont révélés (Harley Davidson ; Oticon au Danemark). Et en même temps le changement est à entreprendre maintenant. Quelle voie ? A quel rythme engager la démarche « entreprise libérée » ? Par quoi commencer ? L’esprit de ces billets, c’est d’éclairer chaque point et de proposer comment le décliner différemment. En fait, comment s’y prendre sans jouer les apprentis sorciers et avoir toutes les chances de réussir.

Chaque entreprise doit engager ce qui est à sa mesure. Les démarches EL sont des démarches de recherche fondamentale. Il s’agit de passer à de la recherche applicable. MANAGIS intervient en formation au management des Hommes, en coaching (équipe et individuel) ainsi que, avec un partenaire, sur le plan organisationnel.

À tout moment, dans la découverte des billets, nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions, pour approfondir un sujet ou l’examiner au regard de votre organisation.
Paris, 7 avril 2018. C Becquereau
Bibliographie partielle :
  • Bunsha – Kumiyasy Sakai – 1987
  • A contre-courant – Ricardo Semler – 1993
  • L’entreprise libérée – Tom Peters – 1993
  • La belle histoire de FAVI (tome 1 & 2) – 1997
  • La fin du management – Gary Hamel – 2007
  • Liberté et Cie – Isaac Getz – 2009
  • Faut-il libérer l’entreprise ? Gilles Verrier – 2015
  • Arte – le bonheur au travail – début 2015 https://boutique.arte.tv/detail/bonheur_travail
  • TF1 – Chronoflex

Découvrir le résumé des Billets consacrés à l’Entreprise Libérée

Je veux recevoir gratuitement un billet Entreprise Libérée toutes les 2 semaines

Nom

Prénom *

Email *


*champs obligatoire
Nous ne communiquons pas vos données à des tiers

En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.

Pour connaître et exercer mes droits, et notamment pour annuler mon consentement, je consulte la politique de vie privée en cliquant ici