Les défis du Manageur d’Hommes

 pour accompagner les ENJEUX de l’entreprise

 

Depuis des décennies, les entreprises, à coup de réorganisations successives ont trouvé des mines d’or d’économie et d’efficacité. Mais ce processus a ses limites. Du coup, elles commencent à réaliser que le management des manageurs peut faire une différence. La professionnalisation du métier de manageur d’Hommes devient à l’ordre du jour.

 

Ce changement dans les entreprises se lit dans l’évolution des annonces d’offre d’emploi. Il y a encore quelques années, l’essentiel de l’annonce était consacrée à l’expertise professionnelle du candidat. Aujourd’hui les annonces mettent l’accent sur les comportements, les capacités managériales, sur le métier de manageur d’Hommes.

 

Cette bascule impose aux manageurs à relever 3 enjeux.

Le 1er défi concerne l’exercice de l’autorité. A regarder ce qui se passe dans le monde, plus personne ne veut être managé comme auparavant. Le changement requis est tellement radical que certains manageurs ont acquis la conviction que les nouvelles générations ne voulaient plus d’autorité du tout. L’usage de l’autorité transmis de génération en génération était empreint de domination. Il fallait réinventer l’exercice de l’autorité juste, c’est-à-dire l’autorité par laquelle ni le manageur, ni le collaborateur n’en font une affaire personnelle.

 

Le 2ème défi du manageur d’Hommes consiste à laisser une latitude considérable à ses collaborateurs. Cette rupture dans le management des Hommes s’observe dans les entreprises qui ont opté pour des organisations managériales appelées « management 2.0 » ou « entreprise libérée ». Cette tendance lourde correspond à l’aspiration des salariés.
Ce nouvel apprentissage des manageurs va à l’encontre des pratiques de ces dernières décades. Les manageurs s’adaptent comme ils peuvent. Ce processus empirique est souvent long et risqué. Une autre démarche existe plus rapide et plus sûre. Elle consiste à se former au MANAGEMENT COMPLET® qui est conçu pour donner plus d’espace aux collaborateurs.

 

Le 3ème défi est la suppression d’une impasse que pouvaient se permettre les manageurs jusqu’à présent. Cet enjeu consiste à obtenir le meilleur niveau de coopération entre les membres de son équipe. La compétition entre eux allait jusqu’aux tensions, voire aux conflits. La 1ère conséquence d’un conflit, c’est son impacte sur la performance de l’équipe et sur la Qualité de Vie au Travail (QVT). Cela se produit quand les manageurs managent leurs collaborateurs uniquement avec des techniques de management individuel. Aujourd’hui la professionnalisation aux techniques du management d’équipe rétablit cette situation.

 

Nous pourrions ajouter un 4ème défi, celui de manager en transversal, c’est-à-dire de manager sans autorité hiérarchique. C’est une nécessité dans les organisations matricielles adoptées de plus en plus par les entreprises. Mais cela ne concerne pas encore tous les manageurs.

 

Les manageurs ont ces défis à relever. Les enjeux portés par ces défis, sont destinés à augmenter la performance de l’entreprise et à garantir la Qualité de Vie au Travail. Cette révolution peut s’aborder par le biais des formations de l’Ecole du Management des Hommes. Là où le manageur revisite les 4 compétences clés du Management des Hommes.